Wikia Héritage
Advertisement

La Guerre de Palancar est une série trois attaques orchestré par le Roi Palancar lui-même contre la Confrérie des Dragonniers.

Contexte

Lorsque les humains sont arrivés en l'Alagaësia en 7203 A.C., ils parcoururent d'un bout à l'autre, à la recherche d'un lieu qui leur conviendrait. Ils finir par s'installer dans la Vallée de Palancar; qui, à cette époque, ne s'appelait pas ainsi. Étant l'un des rares lieux que les elfes et les nains n'avaient pas encore revendiqués. Le roi, Palancar, commença alors à bâtir un puissant État[2].

La Guerre

Souhaitant élargir ses frontières, le roi Palancar a déclaré la guerre aux elfes, bien qu'ils n'aient offert aucune provocation. Il les attaqua à trois trois reprises et à trois reprises les elfes se sont révélés bien supérieurs que ses armées. Les forces ennemies effraya les nobles de Palancar qu'ils se déclarèrent en faveur de la paix, mais le roi ignora leur recommandation. Alors, les seigneurs ont proposés un traité aux elfes, qui fut signé à l'insu du roi. Avec les elfes et des Dragonniers, les seigneurs ont usurpé et banni Palancar, qui a finalement été assassiné par un de ses fils, trop impatient d'attendre sa mort[2].

Conséquences

Les Dragonniers ont construit Edoc'sil, une tour de guet au sommet de Utgard d'afin de surveiller Palancar et pour s'assurer qu’il ne tentera jamais de reprendre le pouvoir[2]. Cet événement a convaincu le chef des Dragonniers de l'époque, Anurin, d'ajouter les humains dans le pacte entre les Dragons et les Elfes pour permettre à ces derniers de devenir Dragonniers mais aussi pour éviter d'autres querelles[2]. Cette décision provoqua un désaccord entre Anurin et la reine Dellanir[2]. Les elfes choisirent de quitter leur royaume pour s'installer sur Vroengard où sera construit la capitale Dorú Areaba[2].

Notes et références

Advertisement